AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 (flashback) let me be your pokegirl → sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: (flashback) let me be your pokegirl → sora   02.07.12 23:36

Profil
Kwansup - 1ère année
avatar
MESSAGES : 23
INSCRIT LE : 23/06/2012
POKEPOINTS : 7

AGE : 18 ans
AVATAR : Song Ah Ri
La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.




Voir le profil de l'utilisateur http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t118-min-ji-barbie-girl-in-a-barbie-world http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t122-min-ji-isn-t-she-lovely#853 http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t123-pokedex-de-min-ji#854



let me be your pokegirl


Je jetais un regard à ma montre rose au bracelet épais, et un petit sourire ourla mes lèvres. J'avais terminé les cours de la journée – j'étais encore au collège et j'arrivais à obtenir des notes tout à fait convenables sans aucun soucis. Je n'avais pas grand chose à faire en dehors de mes cours, étant donné que j'étais considérée par la majorité des gens de mon âge comme une peste égocentrique et insupportable qui avait comme principal passe temps de rendre la vie des gens impossible. Cette vision des choses n'était pas totalement fausse, j'en étais consciente, puisque j'avais décidé de commencer à véhiculer cette apparence depuis maintenant quelques années – depuis mon entrée au collège à vrai dire. Les rictus de mépris que l'on me jetait dans les couloirs étaient justifiés et je les accueillais avec mon arrogance de façade, alors que là, dans ma poitrine, mon petit cœur se flétrissait comme une fleur qui serait restée trop longtemps enfermée, sans source de lumière pour la faire grandir. J'avais beau savoir que les apparences froides que je donnais étaient nécessaires à ma survie, je ne pouvais m'empêcher de ressentir le regret de voir tous ces gens ressentir de la douleur lorsque mes phrases agressives sortaient de ma bouche d'enfant naïve et désolée. Souvent, un désir impérieux de demander leur pardon venait m'habiter, et il me fallait alors toute la meilleure volonté du monde pour contenir cet élan de spontanéité. Malgré ce que quatre vingt dix neuf pour cent des gens croyaient, je n'avais rien d'une enfant hautaine ou méchante. Malgré mes caprices de petite fille, j'étais et je restais une enfant qui ne demandait qu'une chose: être aimée, et surtout ne pas être trahie. C'était cette peur de l'abandon qui m'avait amenée à me poser les bonnes questions et à agir en conséquence. J'avais trop souffert pour rester la gosse innocente sur laquelle on se permettait de marcher dessus sans aucuns scrupules.

Heureusement pour moi, certaines personnes faisaient et feraient toujours – je l'espérais – exception à la règle. Mon frère jumeau faisait parti de celles-ci, ainsi que son meilleur ami, Sora, dont j'étais irrévocablement amoureuse depuis ma plus tendre enfance. Aux débuts de mon adolescence, je m'étais dit que cet amour était ridicule. Après tout, cela faisait des années qu'il ne me portait pas un intérêt vraiment hors norme – j'étais la sœur adorable de son meilleur ami et ça se limitait à ça. Ajoutez à ça le fait qu'en sa présence, je devenais immédiatement une enfant inquiète et angoissée – ce qui se soldait à tous les coups par une crise de bégaiement et des rougissements compulsifs. Pas de quoi attirer l'attention de celui que vous aimiez. Je veux dire, autrement qu'en tant que jeune fille ridicule et immature. Pour lui, notre relation se résumait à cela. Ainsi, j'avais voulu me persuader, à un moment de ma vie, que l'aimer était une cause vaine et que l'oublier serait la meilleure solution. Or, cela s'était révélé impossible. Déjà parce qu'il occupait toutes mes pensées, mais aussi et surtout parce que je n'en avais tout simplement pas envie – et donc par conséquent, je n'avais pas la volonté nécessaire pour abandonner cette idylle. J'avais donc continué à l'aimer en silence.

C'était précisément lui qui engendrait ce sourire. Si j'étais si joyeuse après avoir écopé de plusieurs heures de cours ennuyantes, c'était simplement parce que j'étais en plein trajet pour aller le voir, lui. Normalement, il avait rendez vous avec mon jumeau, avec qui il s'entraînait régulièrement; de plus, ils avaient pour habitude d'aller capturer des pokémons ensemble. Mais ce jour là, mon frère n'était pas disponible et j'avais été toute désignée pour lui annoncer. Je me rendais donc d'un pas joyeux jusqu'au point de rendez vous. Aussi ridicule que je pouvais l'être dans ma robe estivale aux coloris pastels – que j'avais mise spécialement pour l'évènement, après avoir attaché mes longs cheveux en deux tresses qui s'étendaient de chaque côtés de mon cou découvert – je trottinais gaiement, attirant même les regards sur mon passage. Il n'était pas commun de voir Ryu Min Ji si souriante, croyez le bien ! Mais il ne savait pas – il ne pouvait même pas esquisser le croquis de la joie qui m'habitait, moi, madame la peste en chef, à l'idée de voir ne serait-ce qu'une après midi l'élu de mon cœur. J'espérais qu'il remarquerait le soin que j'avais mis à me préparer spécialement pour lui – sérieusement, m'attacher les cheveux était un véritable signe d'amour, moi qui ne supportait pas de ne pas les laisser libres – mais sérieusement, le jour ou Fox Hopper Sora remarquerait que j'avais changé quelque chose dans mes habitudes pour lui, je pourrais sans hésiter proclamer que le père noël passerait désormais en juillet. Autant dire que cela était impossible.

Toujours était-il que j'arrivais bien en avance au rendez vous fixé, et que j'eus tout le loisir de le guetter avec empressement, espérant qu'il n'aurait pas oublié de venir. Avec la chance que j'avais, il était bien capable de me poser un lapin – ou plutôt de poser un lapin à mon frère; ce dernier avait peut-être finalement lui même prévenu Sora, et lui avait peut-être même révélé mon intention de passer le reste de la journée avec lui. Ce frère était une vraie plaie – pire qu'une nana, il racontait tout et absolument tout de ce que je lui disais à son meilleur ami. Le problème c'était que j'étais incapable de lui cacher quoi que ce soit – vous savez, c'était surement une histoire de gène et rien d'autre. Lorsque je vis enfin la silhouette longiligne mais ô combien harmonieuse de Sora, je sautillais presque sur place d'excitation. Mais très vite, mon enthousiasme se transformait en une douce agitation, et comme j'en avais désormais l'habitude, je me mis immédiatement à bégayer avec maladresse.

« Je … Sa-salut ! Heu … mon frère ne pourra pas... pas ve-venir aujour... aujourd'hui. Il est o-occupé. Dé... désolée. »

Je lui jetais un regard vraiment navré, et je serrais mes mains dans mon dos nerveusement à l'idée de la sentence qui allait tomber. Allait-il oui ou non accepter de rester avec moi ? J'avais soigneusement préparé mon discours, mais celui tombait à l'eau d'office. Je ne m'en souvenais pas un traitre mot. Tout ce dont je me souvenais, c'était le délire post-prubère dans lequel j'étais tombé en m'imaginant un Sora transi d'amour qui me susurrait à l'oreille que, oui, il resterait avec moi, et pour le restant de ses jours. Avaient succédé maint et maint baisers. Pitoyable en somme.

« Je … je m'étais di-dit qu'on pou-pourrait rester en... ensemble … Je suis li-libre et … enfin … j'avais envie de me ba... ba-balader... Enfin seulement si tu le … veux … bien sur ! »

Comment dire ? Ah oui, je sais: j'étais pathétique.

MessageSujet: Re: (flashback) let me be your pokegirl → sora   16.07.12 6:15

Profil
Yashim - 3ème année
avatar
MESSAGES : 20
INSCRIT LE : 21/06/2012
POKEPOINTS : 6

AGE : 20 ans
AVATAR : Park Tae Jun - Ulzzang
« No man can call again yesterday »



Voir le profil de l'utilisateur http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t109-un-jour-je-serais-le-meilleur-dresseur-sora-f-hopper http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t133-fh-sora-evil-pikachu http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t132-pokedex-de-sora




Hum... Je me souviendrais toujours de cette journée. C'était extrêmement étrange, gênant, mais tout de même amusant. A cette époque, je n'étais pas encore à la YH. J'étais revenue de chez mon père depuis quelques mois, et je l'aidais à s'occuper de ses pokémon. Mais dés que mes journées étaient finis, je passais au collège de la ville chercher Min Kyu. On se retrouvait les soirs pour que je l'aide à s'entraîner, ainsi qu'à attraper des pokémon. Ce n'était pas le meilleur ! J'ai cependant cessé d'aller le chercher. La raison ? Sa sœur. A chaque fois que je venais, elle était là, à me regarder sans bouger... C'est très gênant vous savez... C'est comme si vous vous baladiez en pleine forêt et que vous tomber sur un cerf, et qu'il vous fixe sans daigner bouger, seul sa tête suit votre mouvement. Avouez que c'est frustrant ? Alors, j'ai demander de faire autrement. Min Kyu devait passer chez moi dès qu'il était prêt. En plus ça m'évitait d'attendre inutilement devant son collège.

La journée avait plutôt bien démarrée. Ou presque. Le réveil fut assez brutal. Je me souviens de mon père entrer sans frapper dans ma chambre, ouvrir les volets et se planter devant moi, pendant que je me cachait le visage avec mon cousin, éblouie par tant de lumière. « Debout feignant ! Une longue et dure journée s'annonce ! Allez ! Dépêche toi ! » Avait-il dit juste avant de quitter la pièce. J'avais juste répondu par un grognement. J'ai alors regarder le réveil. Celui-ci affichait six heures trente... Je me suis donc réfugier sous mes draps, voulant dormir plus longtemps. Sauf que mon cher Aquali n'était pas de cette avis. Il me sautait dessus en compagnie de Caninos. Ces deux là sont très énergique. Je ne me suis pas levé pour autant. Est donc venu le moment où ils ont tirer les draps, me retrouvant donc en boxer et débardeur et un coussin sur la tête. J'avais froid. Mais j'étais loin de me douter que j'aurai encore plus froid, si je me levais pas. En effet, Aquali s'est fait une joie de me faire une démonstration de son Hydrocanon. Glacial. Je me suis dépêché de me lever pour me sécher. Une fois séché, changé, après avoir fait pareil avec mes draps, je suis enfin descendu pour le petit déjeuné. Papa m'a alors expliqué la journée qui m'attendait. Comme habituellement, il doit rester à l'arène, alors je devais m'occuper de ses pokémon. Mais cette fois j'avais un travail en plus. Il venait de capturer un Psykokwak. Et ce dernier était assez turbulent. Il savait que j'avais un bon feeling avec les pokémon. J'ai accepté d'essayer de faire quelque chose.

Après m'être habillé de vieux vêtement, je suis allez dans notre arrière court, là où séjournait tous les pokémon de mon père. Heureusement que nous avons un grand terrain. Et sur la droite ; un grand bâtiment dans lequel ils vivent durant la période froide. Place au rituel habituel. Je commence donc par leur donner à manger. Pendant leur repas, je m'occupais plus particulièrement de Lokhlass. Il était très fragile. Non à cause de l'âge, mais à cause de la violence subit par son ancien maître. Au début il était très violent et distant, mais il a très vite prit confiance en nous. En suite, je plonge dans notre lac pour jouer avec eux. Oui, papa possède uniquement des pokémon eau. Quelques heures plus tard, je pars à la recherche de ce fameux Psykokwak avec Aquali, pendant que mes autres pokémons jouent, ou s’entraînent avec les autres. Il fut dur à trouver, mais une fois trouvé, ce fut un vrai ennuie. Il courait dans tout les sens, se cognait contre les arbres ou les autres pokémons, tombait à l'eau, bref... J'ai réussi à la calmer après quelques heures à lui courir après. Étape suivante, l'entraînement. J'ai vite abandonné cette idée à la suite de plusieurs choc mental que j'ai dû subir. C'est très douloureux l'air de rien. En fin de journée, j'étais complètement mort. Je croyais que ce pokémon était peureux, et affolé... Je me suis finalement rendu compte qu'il était tout simplement stupide !

Voilà à quoi se résumait mes journées à l'époque. Une fois le soir, papa pouvait s'occuper de ses pokémon, alors j'étais libre. Il ne me restais plus qu'à attendre Min Kyu... Qui ne venait pas. Je fini par l'appeler au bout d'une heure d'attente.
« Tu es où tête de piaf ?
- Ma sœur ne t'as pas dit ?
- Ta sœur ? J'ai cessé de venir te chercher depuis longtemps. Je t'attends chez moi, comme chaque soir.
- Oops... Je ne pourrais pas venir, mais Min Ji a insisté pour venir à ma place. Elle a dût aller directement en fôret.
- ...Tu rigoles, n'est ce pas ?
- Non ! Je suis désolé. Bonne soirée ! »

… Quoi de mieux après avoir supporter des attaques « choc mental » … Hum... La journée se terminais mal. Du moins, c'est ce que je pensais ce jour là. Je suis donc aller me changer. Je n'allais pas me montrer avec des vêtements mouillés et pleins de boue. Ce serait Min Kyu, ce ne serait pas un problème, mais pas face à sa sœur. Je... Je préfère qu'elle garde une bonne image de moi. Bon j'allais pas non plus mettre un costard-cravate ! Faut pas abusé.
Après avoir enfilé un t-shirt blanc et un jean propre je mis une veste dans les tons noir, ainsi qu'un bonnet de cette même couleur. J'adore les bonnet ! Je me chausse de mes dock, et partit en direction de la fôret.

Je peux dire que j'avais bien pris mon temps pour aller là-bas. Avec l'envie de faire demi-tour. Mais je ne pouvais pas. D'abord par principe. Et puis... Au fond... Je l'aime bien cette petite. Elle est gentille ! Mais très frappante. Tellement flippante que j'aimerais rentrer chez moi. Mais... Je ne sais pas pourquoi, dés que je la voie, je souris comme un demeuré. Bon ok, on ne peut pas dire que je suis une lumière non plus, mais quand même...
J'arrivais enfin. Je la voyait au loin. Je me suis arrête un instant lorsque je la voyais sautillé sur elle même. Je me disais « pourquoi ? » Je me demandais si je pouvais encore reculer. Mais il était trop tard. Je remis mes mains dans les poches de ma vestes et repris ma route. Je me retrouvais alors face à elle. « [color=firebrick]Salut » lui dis-je. C'était tout ce que j'avais à dire... C'est pitoyable n'est-ce pas ? Mais à cette époque, je n'étais pas tellement ravie de la voir. Oui, maintenant je l'aime beaucoup. Peut-être plus que son frère... Je ne m'étais jamais posé la question... Cela reste à réfléchir... Bref ! Revenons au passé ; Je … Sa-salut ! Heu … mon frère ne pourra pas... pas ve-venir aujour... aujourd'hui. Il est o-occupé. Dé... désolée.» Dit-elle. « Je sais » Répondis-je immédiatement. Oui, je n'étais pas très bavard avec elle, et assez froid et distant. Comme avec tout le monde d'ailleurs. Je dois avouer que je préfère la solitude. Non ! La compagnie des pokémons était la meilleure de toute. Aquali m'avait accompagné pour cette sortie, ainsi que Pyroli. Il avait fait tout se trajet à mes côtés. Je déteste les mettre dans leurs pokéballs – même si Aquali n'en a pas. Les autres étaient restés à la maison.

Elle me regarda l'air fautive. J'avais envie de lui dire que ce n'était pas de sa faute si son frère est vraiment stupide au point de ne pas me prévenir. Mais ça aurait engendrer des conflits. Je préférais donc me taire. Je la regardais d'un aire neutre. Ni sourire, ni grimace ne s'affichait sur mon visage. J'attendais. Elle baissa la tête. Je remis mon bonnet en attendant qu'elle daigne sortir un mot. Toujours rien... J'ouvris la bouche mais elle se réveilla enfin pour dire : « Je … je m'étais di-dit qu'on pou-pourrait rester en... ensemble … Je suis li-libre et … enfin … j'avais envie de me ba... ba-balader... Enfin seulement si tu le … veux … bien sur ! ». Je suis resté un instant à la regarder de la même façon qu'avant, avant de tourner le regard. J'avais ce fameux sourire de débile au bout des lèvres. Je la regarde à nouveau – une fois que se sourire débile fut disparu – en me grattant la tête. Je me suis approché d'elle lentement, je me suis penché pour que mon visage soit à sa hauteur, et je lui ai murmuré « Oui... ». A ce moment là, j'ai passé mon doigt sur son nez et me suis redressé aussi tôt. J'ai regarder mon doigts avant de le frotter contre mon t-shirt. « C'est bien ce que je pensais. Tu avais un sil sur le nez. C'était frustrant à regarder. » Dis-je en frottant mes doigts sur mon torse. « Ton frère m'avais prévenu que tu avais insisté pour prendre sa place. Se serait bête d'avoir fait tout ce chemin pour te rejoindre si c'est pour te dire « non je ne veux pas te voir ! ». Et puis Pyroli à besoin de se reposé je pense. » Poursuivis-je. Je m’avançais face à la broussaille, mit mes mains sur mes hanches, et me tourna à nouveau face à elle. «  Que veux-tu faire ? Habituellement je... Tu dois sûrement savoir ce que je fais avec ton frère, suis-je bête. Je te laisse le choix, mais je dois être rentrer avant la nuit, sinon je vais encore me faire engueuler demain matin. » Dés que je sors et rentre tard, papa m'engueule, me trouvant alors incapable de faire quoi que se soit. Il a pas tord à vrai dire. « Et puis... C'est dangereux ici la nuit. Je n'ai qu'Aquali pour nous protégé. Ce serait compliqué et risqué. » Rajoutais-je. Pyroli avait peur de se battre. Elle à toujours cette peur, mais moins qu'à cette époque. Elle a prit confiance grâce à Evoli qu'elle voit comme son fils. Mais à ce moment là, Evoli n'était qu'un œuf.

Je souris à la jeune fille pour la rassurer malgré tout. Je me trouve bien trop gentil en si peu de temps... Il m'est difficile d'être froid et distant avec elle, comme à ce moment là. Je ne sais pas réellement pourquoi... Peut-être que... Non, c'est stupide... Complètement stupide.

MessageSujet: Re: (flashback) let me be your pokegirl → sora   16.07.12 9:36

Profil
Kwansup - 1ère année
avatar
MESSAGES : 23
INSCRIT LE : 23/06/2012
POKEPOINTS : 7

AGE : 18 ans
AVATAR : Song Ah Ri
La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.




Voir le profil de l'utilisateur http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t118-min-ji-barbie-girl-in-a-barbie-world http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t122-min-ji-isn-t-she-lovely#853 http://yeongung-hagwon.forumgratuit.org/t123-pokedex-de-min-ji#854


Je sautillais joyeusement à l'idée de le voir durant quelques heures. Une vraie groupie en puissance – je suis sure que j'aurais pu faire onduler des bannières « i love sora oppa » sans qu'il soit choqué plus que ça. Peut-être même était-il étonné que je n'ai pas encore fait un truc du genre, vu le quotient intellectuel qu'il devait m'attribuer. Oh, bien sur, ca n'avait de cesse de m'attrister de me dire qu'il me prenait pour une cruche de bas étage. Chaque jour, le voir me regarder étrangement, comme s'il se demandait quelle allait être ma prochaine bêtise, me rendait un peu plus nerveuse à l'idée de bégayer ou de trébucher et de me rendre un peu plus ridicule que je ne l'était déjà. Moi qui était si oublieuse d'ordinaire de l'opinion d'autrui, Sora avait le don de me transformer en midinette, prête à passer trois heures devant le miroir s'il le fallait pour corriger une mèche rebelle ou un teint fatigué, dans le seul espoir de masquer le moindre défaut susceptible de répugner à l'être aimé. Chez les autres jeunes filles, je qualifiais ce comportement de niais et ridicule, sans aucun doute possible. Mais je ne pouvais tout simplement pas m'empêcher d'être pire qu'elles. C'était compulsif. Et il n'y avait eu que Sora qui m'avait fait cet effet durant toute ma courte vie.

Je remarquais avec une pointe de rougissement qu'il avait un bonnet sur ses cheveux noirs raides. J'adorais littéralement quand il portait un bonnet. Ce dernier était devenu comme tant d'objet de la vie quotidienne un objet de fantasme: pouvoir enlever ce couvre chef, remettre ses cheveux en place et l'accueillir dans notre chez nous d'un baiser … Je sais, vous êtes en train de vous dire que là, j'approche de la santé mentale défaillante. Je l'admet, ce gars me rendait folle au sens le plus péjoratif du terme. Je me serais faite internée volontiers si ça avait pu attirer son attention. Mais je n'attirais pas son attention. Je ne l'avais jamais attiré et je désespérais de l'attirer un jour de quelque façon que ce soit. Je n'avais même pas un physique à mon avantage: petite, trop fine, je ressemblais à une gamine de huit ans. Le seul truc que j'aimais bien chez moi, c'était mes longs cheveux extrêmement lisses et doux, qui brillaient d'un éclat rare au soleil, comme s'ils avait été lustrés. Je les avais mis en valeur en les tressant avec application mais de toute évidence, Sora ne l'avait pas remarqué. Il ne jeta même pas un regard aux deux longues nattes qui encadraient mon visage. Tout ce à quoi j'avais droit c'était un froid « salut » et aussitôt je rougissais de honte. Quelle idée j'avais eu de venir ici ! Il n'avait pas envie de me voir, c'était clair, et compréhensible par dessus le marché. J'étais folle ! Je n'avais plus qu'une envie: me réfugier sous terre en mode taupe là ou personne ne pourrait me voir ni m'entendre ni me toucher. J'entamais une tentative désespérée pour me justifier mais j'écopais d'un « je sais » expéditif. Je finissais par me dire que Min Kyu l'avait bel et bien appelé pour le tenir au courant. Mais … dans ce cas … pourquoi était-il venu quand même ? Il aurait pu rester chez lui. Je ne trouvais pas de solution plausible, sinon celle qu'il était simplement ici par politesse pure et qu'en réalité il se fichait bien de moi. La deuxième solution, plus sadique, me laissait penser qu'il se délectait de mes maladresses et que sa présence ici dénotait d'un certain ennui qu'il espérerait combler en me regardant me débattre avec mes sentiments. A cette idée, des larmes me montaient aux yeux mais je surmontais ma peine en lui proposant, avec tout le courage qu'il me restait, de nous balader dans la foret. Il eut un sourire bien étrange – et ma théorie selon laquelle il n'était là que pour ses moqueries semblait bel et bien se confirmer. Les larmes me montaient aux yeux de manière plus agressive, mais soudain, il se penchait vers moi de manière à ce que son visage soit au niveau du mien. Je déglutissais avec difficulté et reculais quelque peu mon visage, qui devait être rouge pivoine à l'heure qu'il était. Mes yeux dérivèrent doucement vers ses lèvres, si roses, si charnues et si … si … omo, elles avaient l'air si douces … tellement douces qu'on avait envie de les toucher … Il murmura quelque chose que je n'entendit pas, bien trop concentrée sur la texture de ses lèvres, puis sur l'arête sublime de son nez fin et la courbe agréablement arrondie de ses yeux, et la blancheur de sa peau, et … Et rien du tout. Il passa avec dextérité son index sur l'arête de mon nez puis essuya son doigt sur sa veste. J'aurais pu gémir de frustration si je n'avais pas un minimum de contrôle sur moi même. Cependant, je ne pouvais pas éviter d'afficher une mine défaite.

« C'est bien ce que je pensais. Tu avais un cil sur le nez. C'était frustrant à regarder. »
« Je … hm … d'accord ... »
« Que veux-tu faire ? » Je ne l'écoutais qu'à moitié, totalement perdue dans mes pensées les plus pessimistes. « Et puis... C'est dangereux ici la nuit. Je n'ai qu'Aquali pour nous protéger. Ce serait compliqué et risqué. »

Je manquais de balbutier à nouveau, totalement désemparée; mais il m'adressa un sourire rassurant qui me fit fondre instantanément. Mes joues retrouvaient leur couleur d'un rose soutenu et je passais une mèche volante derrière mon oreille du bout des doigts et me mordant la lèvre, un petit sourire ourlant ma bouche.

« Moi je te fais confiance. On aurait pu se ba-balader dans la forêt mais … mais … mais si tu estimes que c'est dan... dangereux … mais Aquali est très fort. » J'adressais un regard émerveillé au pokémon, auquel je vouais une admiration rare – purement et simplement liée à celle que je vouais à son maître. « Et j'ai Nep-neptune en cas de be-besoin. »

Je rougissais violemment. Je savais qu'il me considérait comme une moins que rien en ce qui concernait les pokémons. Mais Neptune était un pokémon formidable et plutôt bien entraîné; C'était moi qui me plantait à chaque fois, lamentablement. Je me mis à trifouiller nerveusement mes tresses – façon jeune fille en fleur totalement intimidée, pitoyable – puis je lui adressais une moue attendrissante – le genre qui fonctionnait toujours avec Min Kyu de manière préméditée, mais que j'utilisais soudainement de manière totalement spontanée sans aucune arrière pensée. Je le regardais par dessous mes cils vertigineux, en mode puppy eyes.

« Steuplaaaaaiiiiit … on y va … ? »

J'étais morte de trouille, honteuse, rouge comme une tomate et c'était limite si je me mettais pas à transpirer comme une athlète de haut niveau. Bon, ok, je transpirais pas comme une athlète de haut niveau mais j'avais les genoux qui jouaient des castagnettes et les doigts qui tremblaient violemment. J'avais tellement envie de rester avec lui juste pour cette fois … juste lui et moi … Je me rapprochais de lui à mon tour, les mains reliées sur ma jupe, et les yeux larmoyants. Mais je … je me prenais les pieds dans … dans je ne sais quoi. Et je tombais droit sur lui. Bien joué, Min Ji. Vraiment, bien joué. Je me hais. Sérieusement.

MessageSujet: Re: (flashback) let me be your pokegirl → sora   

Profil
Contenu sponsorisé



 

(flashback) let me be your pokegirl → sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YEONGUNG HAGWON :: Jeju Island :: Forêt Jeolmul-